En toile de fondSite

Conditions de travail en:
Allemagne
Autriche
Belgique
Espagne
Finlande
France
Grande-Bretagne
Irlande
Islande
Italie
Norvège
Pays-Bas
République Tchèque
Suède
Suisse


This project is supported by the European Community Programme for Employment and Social Solidarity (PROGRESS)



La Fédération européenne des syndicats du bâtiment et du bois, au sein de laquelle est aussi représentée la fédération syndicale suisse UNIA, coordonne un projet soutenu financièrement par l’Union européenne (UE) depuis début 2009. L’objectif principal de ce projet consiste à rendre accessible des informations précises et faciles à comprendre, sur les conditions de travail respectives, à des travailleurs migrants travaillant ou cherchant du travail dans le secteur du bâtiment dans un pays européen. Cela passe pour l’essentiel par un site Internet en plusieurs langues (d’abord en polonais et anglais, ensuite en roumain et plus tard dans toutes les autres langues de migrants importantes), mais aussi en partie à travers des brochures, distribuées de façon ciblée à la fois dans le pays d’origine et dans le pays d’accueil. Les informations concernent les salaires, le temps de travail, les majorations de salaire pour heures supplémentaires ou travail de nuit etc., les déductions sous forme de cotisations sociales ou d’impôts. Aussi trouve-t-on des renseignements pour trouver des informations complémentaires, pour contacter les syndicats locaux et des militants syndicalistes maîtrisant la langue du pays d’origine respectif des migrants.

Ce site web a été mis en ligne le 15 juin 2009, à Varsovie, lors d’une conférence de presse. Des syndicats de 15 pays ont contribué à collecter les informations et à les présenter dans une forme facilitant la compréhension.

Aujourd’hui comme hier, sur beaucoup de chantiers en Europe, il existe le risque d’un nivellement vers le bas des conditions salariales et sociales, favorisé par un manque d’informations. Beaucoup de séjours de travail de travailleurs migrants, sur des chantiers situés à l’étranger (vu depuis leur pays d’origine respectif), sont de courte durée, et des informations en leur propre langue ne sont que difficilement accessibles. Nombre de travailleurs ne savent même pas exactement quelles sont les conditions de travail applicables, et comment ils peuvent revendiquer leur respect. C’est pour cela que le projet ECMIN constitue un outil supplémentaire destiné à faire respecter la revendication « le même salaire pour le même travail effectué dans le même lieu », et sert ainsi à la fois la protection des travailleurs nationaux et celle des travailleurs migrants.

Pour informations :
ecmin@gmx.net